Qui dit qu’il n’y a pas de remède pour tout type de problème physique, psychologique, spirituel et/ou surnaturel ?

Le Coran est le Remède Ultime, et Allah est celui qui guérit tout.

Tous ceux qui souffrent de maladies physiques, mentales, spirituelles ou de la magie noire devraient écouter la sourate “Al-Rehman”, une récitation par Qari Abdul Basit (sans traduction) 3 fois par jour pendant 7 jours consécutifs, les yeux fermés. Chaque fois après avoir écouté, prenez un demi-verre d’eau, fermez les yeux et dites “Allah” trois fois dans votre cœur, et buvez en trois gorgées.

Qu'est-ce que le remède ultime ?

The Ultimate Remedy est une approche de guérison unique créée par Syed Safdar Hussain Bukhari, également connu sous le nom de Kakian Wali Sarkar. Cet enregistrement audio utilise le pouvoir du son et de l’intention pour répondre à un large éventail de défis physiques, émotionnels, spirituels et métaphysiques. Il s’est avéré efficace contre diverses affections, notamment le coronavirus, le sida, le cancer, la toxicomanie et la détresse émotionnelle.

  Syed Safdar Hussain Bukhari, also known as Kakian Wali Sarkar.

Comment utiliser le remède ultime

Télécharger l’audio :

Téléchargez l’audio sur notre site web ou via l’application iOS.
Trouvez un endroit calme :
Choisissez un environnement serein où vous ne serez pas dérangé.
Écoutez avec une concentration totale :
Fermez les yeux et écoutez l’audio en vous concentrant totalement.
Effectuez le rituel de l’eau :
Après avoir écouté, prenez un demi-verre d’eau.
Fermez les yeux et dites silencieusement « Allah », « Dieu » ou le nom de votre choix représentant votre croyance trois fois dans votre cœur.
Buvez l’eau en trois gorgées, les yeux fermés.
Fréquence :
Écouter trois fois par jour – matin, après-midi et soir (avant de dormir) – pendant sept jours consécutifs, une fois dans la vie.

Télécharger l’audio du remède ultime

Origine du remède ultime

Depuis la révélation du Saint Coran

Depuis la révélation du Saint Coran, les musulmans bénéficient continuellement de sa lumière et de son énergie avec la même intensité et le même effet. Mais comment l’obtenir ?

Présentation de Makhdoom Syed Safdar Hussain Bukhari (RA)

À notre époque, une personne très noble issue d’une famille Syed notable, Makhdoom Syed Safdar Hussain Bukhari (RA), est apparue, dont les recherches initiales portaient sur la musique et la thérapie Dhamaal. Il était connu sous le nom de Baba Bukhari (RA) parmi ses disciples aimants, qui croient fermement qu’il est le véritable porteur de flambeau pour les distraits et ceux qui cherchent désespérément la lumière et la guidance.

L’approche pratique de Baba Bukhari

Baba Bukhari (RA) était un homme pratique qui ne demandait jamais aux gens de faire quelque chose sans l’avoir fait lui-même. Il a donc eu l’idée géniale de guérir tous les types de maladies grâce aux « radiations coraniques ».

Le pouvoir des radiations coraniques

Il (RA) a dit : « Chaque alphabet du Coran irradie la lumière et l’énergie dans le cœur et l’esprit, à condition qu’il soit écouté avec une plus grande concentration ». Il a fait une démonstration pratique et les résultats étaient fascinants.

La démonstration

Qu’a-t-il fait ? Il acheta la cassette audio de la sourate « Al-Rehman », récitée par Qari Abdul Basit Abdul Samad. Il (RA) rassembla les gens, leur demanda de fermer les yeux, de faire le vide dans leur esprit et de ressentir la présence de DIEU. La cassette a ensuite été diffusée et tout le monde l’a écoutée jusqu’à la fin avec une plus grande concentration.

Réactions des gens

Lorsqu’il (RA) a demandé aux gens d’ouvrir les yeux après la fin de la récitation, la majorité d’entre eux pleuraient, tandis que quelques-uns avaient l’air absolument stupéfaits ; on ne voyait que des larmes couler de leurs yeux. Il servit alors à chacun un demi-verre d’eau et leur dit : « Fermez les yeux, plongez dans votre cœur, puis dites “ALLAH” trois fois dans le cœur et buvez ensuite l’eau en trois gorgées en fermant les yeux ». Ils s’exécutèrent et lorsqu’il leur demanda d’ouvrir les yeux, tout le monde avait l’air détendu et à l’aise. Ils avaient goûté de l’eau sucrée, qui était en fait de l’eau du robinet. La concentration absolue a créé une harmonie entre l’âme et le corps, et tous se sont connectés au Tout-Puissant et ont finalement été guéris avec Sa bénédiction.

Diffusion du message

La question était maintenant de savoir comment transmettre ce message à l’ensemble de l’humanité. Grâce à la technologie, qui a contribué à la diffusion du message, la Pakistan Television Corporation (PTV) a eu la même idée pour l’amélioration de l’humanité.

Diffusion télévisée

PTV l’a immédiatement approuvée et un programme pilote intitulé « Al-Rehman » a été réalisé par le producteur principal Syed Shakir Uzair (Waris-e-Qalandar).

Il avait auparavant produit QASEEDAH BURDHA SHARIF, un programme qui a attiré des millions de personnes et qui avait la particularité de guérir la plus mortelle des maladies, la paralysie. Les gens utilisent encore ce programme comme traitement de la paralysie.

Le succès du programme pilote

Le programme pilote (Al-Rehman) a été une entreprise réussie, qui a donné une nouvelle dimension aux programmes religieux. PTV a approuvé le programme pilote et la série a été lancée en janvier 2001. Les émissions ont été enregistrées dans différents hôpitaux, villages et villes et ont été très regardées. Le programme comprenait également l’expression en direct des participants.

Impact du rayonnement coranique

Le rayonnement coranique a redonné espoir et vie aux personnes les plus découragées. Le public a reçu une adresse électronique (info@alrehman.com) et des numéros de téléphone pour partager leurs expériences. L’ensemble de l’expérience diffusée a concerné plus de 15 000 personnes de tous âges souffrant de différentes maladies. Des maux de tête au cancer, des problèmes cardiaques aux handicaps physiques, les patients ont été contactés, traités et guéris par la grâce d’« ALLAH ». Tout cela s’est passé sur l’écran de télévision, ce qui a réellement créé un nouvel espoir et sorti les gens de l’abattement le plus total.

Perspectives érudites

Le programme comprenait également l’expression des principaux érudits religieux de tout le pays qui ont ajouté une saveur supplémentaire au programme grâce à de multiples références définies dans le Coran et la Sunna. L’importance du rayonnement coranique a été soulignée.

Témoignages de médecins

Lors de l’expérimentation dans les hôpitaux, les médecins en ont également fait partie, et nombre d’entre eux ont éprouvé des sentiments remarquables. Je me souviens d’un médecin qui disait : « Nous ne pouvons que prescrire des médicaments, pas le remède. La ‘Shifa’ vient d’ALLAH ». Les médecins ont également fait référence aux concepts de « Faith Healing » (guérison par la foi) pratiqués dans le monde entier. Le programme a fait mouche et correspondait en effet au besoin de l’époque. De nombreux hôpitaux ont installé un système audio et diffusé la récitation de la sourate « Al-Rehman ». Les résultats ont été étonnants : le nombre de patients a diminué, le taux de guérison a augmenté et les personnes découragées sont revenues à la vie.

Diffusion internationale

Le programme a été diffusé pendant six mois sur le réseau national, puis sur Prime TV Norway, qui couvre une vaste population européenne. Le message continue de se répandre au fur et à mesure que les gens se réunissent en différents groupes et bénéficient de l’Ultime Remède.

Message du créateur

Le programme comprenait également le message de son créateur, Makhdoom Bukhari (RA) : « Le Coran est une “Shifa”. J’ai choisi la sourate “Al-Rehman” parce qu’elle est très rythmée et que la récitation de Qari Abdul Basit est très apaisante et efficace, car il la récite du plus profond de son cœur. Celui qui écoute avec une plus grande concentration en retire les bienfaits. Tout ce qu’il faut faire, c’est sentir la révélation dans son cœur. Sentez toujours la présence de DIEU, ne soyez jamais un ignorant ».

L’héritage de Baba Bukhari

Baba Bukhari (RA) a réalisé ce qu’il souhaitait, un véritable service à l’humanité. Un homme désintéressé a donné de la valeur à sa vie en offrant un remède remarquable aux malades et une ligne de conduite pour les générations à venir. Il n’a pas demandé un seul centime à PTV pour son idée et ses recherches. Pour lui, « l’argent est comme un serpent, il vous mord et génère de l’anxiété et de la dépression. Une fois que vous en êtes la victime, vous êtes privé de la précieuse richesse qu’est la paix de l’esprit et du cœur ». Dieu dit : « Tous les musulmans sont frères les uns des autres, alors aide ton frère quand il est dans le besoin ». Le prophète HAZRAT MUHAMMAD (PBUH) a dit : « Ne choisis pour ton frère que ce que tu préfères pour toi-même ». Makhdoom Baba Bukhari (RA) a donc dit : « Lorsque vous serez guéri, transmettez ce message à vos frères, ils en auront peut-être besoin ». Ce message est la continuité de la direction bien définie dans le dernier sermon de HAZRAT MUHAMMAD (PBUH).

Présentation

pour voir les images de l’exposition Urs Mubarak.CLIQUEZ ICI pour télécharger le livre.-Bismillahirrahmanirrahim

(Au nom d’Allah, le plus bénéfique et le plus miséricordieux)

    

{Ummi : En référence au Saint Prophète Muhammad SAWW : Celui qui n’est enseigné que par Allah SWT.

Introduction

Que la paix et les bénédictions soient sur tous les adorateurs de Qalander Pak (RA).

Avant d’aborder les différentes facettes de la personnalité et de la vie spirituelle de Qalander Pak (RA), j’estime nécessaire de dissiper certaines perceptions erronées et illusions sans fondement concernant sa date de naissance, le jour de son départ vers la dernière demeure, le pèlerinage annuel et l’héritage, afin que tous ceux qui reçoivent sa (RA) bienveillance captivante et souhaitent en savoir plus sur lui (RA) puissent être éclairés par la réalité sans aucune forme de distraction et qu’ils diffusent le message de la sourate Al-Rehman à l’humanité découragée avec un certain degré de continuité.
N’oubliez pas !

Diffuser le message de la sourate Al-Rehman à l’humanité découragée et souffrante avec un dévouement désintéressé et une détermination sans faille est le seul moyen sûr d’exprimer votre amour pour Qalander Pak(RA).

La naissance (Qalandar Pak Baba Bukhari RA)

Le nom actuel de Qalander Pak(RA), populairement connu sous le nom de « Kakianwali Sarkar » {Sens : Seigneur de la maternité divine. Il s’agit d’un trait particulier qui signifie l’amour pur et désintéressé qui a été accordé par Allah SWT aux mères (Kaki) ; et en vertu de cette relation, il représente le symbole du dévouement, de l’engagement, de la pureté de l’amour et de l’affection pour l’humanité qui contemple la personnalité bénie de Qalandar Pak (RA), et en référence métaphorique, lui vaut le titre de Kakian Wali Sarkar RA} est Syed Safdar Hussain Bukhari (RA). Il (RA) est né dans une famille Syed aisée {c’est une famille bénie avec une lignée sacrée descendant du Prophète Muhammad SAWW} le lundi 6 mai 1940 AD (selon le calendrier islamique : le 28 de Rabi’ul Awwal, 1359 Hijri) sur le sol béni du Village Dhudhi Thal, Tehsil {ville} Pind Dadan Khan, dans le district de Jhelum. Il (RA) est le descendant de Bukhari Syeds dont la lignée de plusieurs générations est liée à Hazrat Makhdoom Jalaluddin Jahan Gasht Suharwardy (RA) populairement connu sous le nom de Makhdoom Jahanian {Sens : Jahan Gasht – habitant du monde. Signification : Makhdoom – Celui qui est au service des serviteurs et des disciples d’un ordre soufi spécifique. On attend de lui qu’il soit l’enseignant et le meilleur défenseur des pratiques et des injonctions de ce Buzurg soufi particulier ou de la personne ascétique sur le lieu béni de laquelle il porte le titre de Makdoom}. Fils unique, il fut élevé avec beaucoup de soin et d’amour. Après avoir fait ses études initiales à l’école du village, il est diplômé du Gordon College, à Rawalpindi. Son père respecté Syed Gulzar Hussain Bukhari (défunt) était une personne polie et ascétique et il a passé une grande partie de sa vie à suivre et à servir le célèbre soufi Hazrat Syed Sher Ali Shah Qalandar (RA) et après son départ pour la dernière demeure {Wissal}, il a servi les visiteurs {pèlerins} et a balayé son sanctuaire (RA) pendant une grande partie du temps, qui est situé à Qatal Garhi, District Kasur. Lors de mes rencontres personnelles avec lui, son père (RA) a toujours exprimé son amour et sa passion extrême pour son « Murshad (RA) » {guide spirituel ou mentor}. Au cours d’une de ces conversations, Shah Sahib m’a raconté l’incidence d’une fièvre sévère et persistante durant l’enfance de notre Baba Ji (Qalandar Pak RA). Dans cet état de fièvre grave, il a dit qu’il l’avait emmené à Qalandar Pak Syed Sher Ali Shah (RA) dont le regard béni et aimant a guéri la fièvre de son fils. Non seulement il se remit de cette épreuve, mais il bénéficia de l’attention bienveillante de Qalandar Pak Syed Sher Ali Shah(RA) qui souriait continuellement en regardant Baba Ji(RA). Plus tard, lorsque Baba Bukhari (RA) a reçu des bénédictions d’ordre spirituel et mystique et qu’il (RA) est monté à Masnad-e-Walayat {haut ordre mystique ou statut accordé à Ses amis choisis par Allah SWT}, cela a prouvé en vérité le fait que les yeux gardiens de Aulia-e-Allah SWT sont témoins de Muqaddarat-e-Ellahi {la Volonté d’Allah SWT}.

Le voyage de Qalandar Pak Baba Bukhari (RA) vers la dernière demeure {Wissal}

Qalandar Pak (RA) a quitté ce monde le mardi 8 février 2005 (selon le calendrier islamique : 29e jour de Zilhaj, 1425 Hijri), empruntant le chemin d’Allah SWT vers la dernière demeure. Étant donné que peu de gens semblent douter de la véritable date de Wissal, il est d’autant plus nécessaire de réaliser l’actualité de l’événement.

Qalandar Pak (RA) a passé les derniers jours avec moi et j’estime nécessaire de préciser que depuis 1999, il (RA) souhaitait résider en permanence avec moi à Rawalpindi. A cet égard, une grande maison a été recherchée et sélectionnée pour établir Astana {un lieu sacré de rassemblement et de résidence terrestre des amis d’Allah SWT ou Aulia Karam} ainsi que sa (RA) résidence permanente avec moi. Plus tard, ce disciple de Qalandar Pak(RA) qui avait cherché la maison s’est retiré en raison de son envie pure et simple à l’idée que je vive en permanence avec Qalandar Pak(RA) et a invoqué la désapprobation du propriétaire comme raison principale. Malgré tout, chaque fois que Qalandar Pak(RA) se rendait à Islamabad, il m’honorait et faisait honneur à ma maison en logeant chez moi. J’ai accepté son désir sincère de vivre avec moi ! Allah Pak a honoré cet humble disciple, et non seulement Qalandar Pak (RA) a passé les jours les plus importants de sa vie dans ma maison, mais son Wissal (RA) s’est également produit ici. Le 8 février 2005 était en fait le 28 de Zilhaj dans le calendrier islamique, mais sa mort est survenue après les prières du Maghreb {quatrième des cinq prières quotidiennes, offertes après le coucher du soleil} et la date du calendrier islamique a donc été changée pour le 29 de Zilhaj. C’est pour cette raison que la date de son départ (RA), selon le calendrier islamique, est fixée au 29 Zilhaj.

Le mal de la mort (Maraz-ul-Mout)

Au cours de la troisième semaine de 2005, Kaki Ishrat Alia a informé votre mère de la mauvaise santé de Baba Ji (RA) et du fait qu’il (RA) avait été admis dans le service des soins intensifs de l’hôpital Ittefaq. À ce moment-là, alors que je me préparais à partir au bureau, ma Bégum Sahiba a décidé que nous devions nous rendre à Lahore, ce que nous avons fait immédiatement et sans perdre de temps. Le médecin a estimé qu’il (RA) souffrait d’une insuffisance cardiaque. À mon arrivée, j’ai vu que, muni d’un masque à oxygène, il (RA) était allongé sur un lit de l’unité de soins intensifs de l’hôpital. En nous regardant, moi et le Kaki, il (RA) a souri et a enlevé le masque à oxygène. Il a ordonné à tous les disciples rassemblés autour de lui de partir et m’a dit : « Syed Baba, tire les rideaux et assieds-toi à côté de moi ». Après que j’eus obtempéré, il (RA) dit : « Tous ces soi-disant connaisseurs pensent que je ne suis pas bien ou que je souffre d’une maladie, alors que ce n’est pas d’une maladie que je souffre, mais plutôt du Maraz-ul-Mout {cette maladie divine qui conduit à la mort}, toutes les autres maladies sont guérissables mais pas le Maraz-ul-Mout ». Quant à moi, je haletais et j’avais l’impression que la terre entière avait éclaté. Mon existence entière se réduisait aux battements de mon cœur et l’état d’inconscience m’avait ôté la capacité de penser ; mon existence même me paraissait dénuée de sens. Il n’y avait pas de mots pour décrire ce que c’était. Alors que mon corps et mon âme étaient dans un état de choc total, j’ai réalisé que ma capacité à parler m’avait été retirée. Pendant ce temps, Qalandar Pak (RA) a commencé à parler sur le sujet de la « Création de l’Univers et de son but » d’une manière telle qu’il (RA) conversait avec le Créateur bien-aimé SWT. Il (RA) a parlé avec une telle force et une telle dextérité de la grandeur d’Allah Pak, de sa nature, de sa beauté éternelle et inégalée et de sa propriété, ce qui m’a donné le contrôle de moi-même et m’a sorti de cet état d’étonnement et d’impuissance et m’a béni avec la force soudaine de sentir et de réaliser la réalité éternelle de la vérité et de l’illumination. Son (RA) expression passionnée de l’amour extrême pour Allah Pak a signifié la conversation entre le véritable amoureux (RA) et le bien-aimé SWT et a exposé le vrai sens et la réalité de l’amour. Hazrat Bayazid Bastami (RA) a dit, « Je suis resté en conversation avec Allah SWT pendant 32 ans alors que les gens autour de moi pensaient que je leur parlais ». Cette grande bénédiction d’une intimité bienveillante a été accordée à tous les Ashab-e-Nooraniat {Toutes ces grandes personnes (Aulia Karam) qui sont bénies par l’illumination divine et qui, par la volonté d’Allah SWT, agissent comme une source de lumière ou un phare pour l’humanité dans son ensemble}. Pendant cette conversation, je l’ai regardé (RA) comme si je le voyais (RA) pour la première fois. A ce moment de ma pure concentration, il m’a soudain appelé,

« Syed Baba…..’ordre d’Allah Pak pour mon retour est arrivé. Le moment de rejoindre le Bien-Aimé SWT est la plus grande bénédiction dans cet univers et donc, sachez que votre Baba quittera bientôt cette demeure impermanente et temporaire {Dar-e-Fani} ».

Sa volonté (RA) {Wassiyat ou désir}

Après cela, il (RA) dit : « Syed Baba ! Selon mon désir, l’endroit à l’extérieur de Lilla Sharif, où vous avez fait faire un plan pour construire un ‘Auditorium’ pour entreprendre des travaux de recherche sur la Sourate Al-Rehman, devrait être le lieu de mon enterrement, et si ma famille s’y oppose, alors trouvez un endroit à Kallar Kahar, et si vous ne trouvez pas d’endroit convenable même là, alors Syed que ce soit votre désir, enterrez-moi où vous le jugez approprié. Syed Baba, tu es mon Waris {héritier spirituel ou descendant dans la lignée et dans un ordre soufi particulier} et à partir de maintenant, Baba est sous ta garde. Les mains tremblantes et la langue tremblante, je lui ai soudain dit (RA) : « Placez votre main dans la mienne et fermez les yeux ». Je ne sais pas combien de temps cela a duré ; je ne pouvais qu’entendre un seul souhait à travers les battements de mon cœur : « O’Allah SWT ! Bénis mon Baba avec une force infinie et la plus haute vertu d’Ishq {état inégalé d’amour passionné pour Allah SWT} et empêche ce distributeur de la richesse du salut et celui qui apporte la vie aux cœurs languissants, de dépendre de l’homme. O’Allah SWT ! Bénis mon Baba avec l’état éternel de son Ishq, Tu es Le Tout Compatissant, Le Tout Miséricordieux, Le Généreux, Le Magnifique, Le Seul et Tout Puissant, s’il te plaît accorde à Baba l’infinitude de l’Ishq ». Malgré un souvenir flou, je sais que c’était comme si je me tenais devant Allah SWT en tant qu’humble pétitionnaire, et je ne sais pas exactement combien de temps cet état a duré. Pendant ce temps, la voix d’une Kaki {suivante ou disciple féminine} de Qalandar Pak (RA), le Dr Memona Sahiba, a interrompu le cours ; elle disait : « Frère Shakir, est-ce que je vois des larmes dans vos yeux, est-ce que vous pleurez vraiment aussi ? Sur son indication, je me suis rendu compte que ma chemise était mouillée de larmes jusqu’à l’ourlet. Qalandar Pak (RA) lui ordonna sévèrement de partir et lui dit : « Syed Baba ! Je ne veux pas me retrouver une fois de plus dans la même situation ». La situation s’est répétée pour moi. J’ai entendu la voix qui traversait tous les pores de mon corps et de mon âme : « Mon gracieux et bienfaisant Seigneur ! Accorde à mon Baba l’infinité de l’Ishq, éloigne-le de toute forme de dépendance humaine, ô mon propriétaire, mon Seigneur généreux, accorde l’éternité à l’Ishq de mon Baba » …. Pendant ce temps, ma femme (Dr Erum) est également entrée et a crié « Baba Ji ». Qalandar Pak (RA) dit alors : « Syed, ouvre les yeux, c’est la liesse, enlève les rideaux et dis à tout le monde que Baba est mort depuis longtemps et que maintenant Baba ne goûtera plus jamais à la mort ».

مرن تھیں اگے مر گئے باہو تاں مطلب نوں پایا ھو

کیتی جان حوالے رب دے ایسا عشق کمایا ھو

« Le goût de la mort devait être enduré, quoi qu’il arrive, mais j’ai choisi de mettre fin à mes désirs mondains plus tôt, d’où une mort avant la mort réelle. Ce n’est qu’à ce moment-là que j’ai compris la véritable perspective.
Je n’ai gagné cet état intense d’Ishq et la proximité du Tout-Puissant SWT que par la soumission totale de mon corps et de mon âme à la volonté d’Allah SWT ».
Hazrat Sultan Bahu (RA)

Il (RA) ordonna alors que tous les médecins de l’hôpital soient rassemblés, que tous les rideaux de la pièce soient écartés, que tout le monde soit informé sur Baba et que le message de la sourate Al-Rehman soit expliqué à tous. C’est ainsi que tous les médecins et patients présents dans l’unité de soins intensifs ont été éclairés sur les bienfaits et les bénédictions de l’écoute de la sourate Al-Rehman. Ceci a été suivi par une session de Dua {prière à Allah SWT}. Le soir, il (RA) a dit : « Syed Baba ! Une fois de plus, mets-toi dans la même situation ». C’est ainsi qu’une fois de plus, je me suis présenté à la cour du Seigneur de la Majesté avec une dévotion et une indulgence totales. Une voix similaire est sortie de tous les pores de mon corps : « O mon propriétaire, O le Créateur, Le Tout Compatissant et Le Tout Miséricordieux, Le Tout et l’Ultime Puissant, O le Complicateur, Le Tout Soumis, O le Gracieux et le Magnifique Seigneur, Tu es le plus grand témoin de mon Baba ». Votre grand ami a consacré chaque souffle de sa vie à la cause de l’humanité et a réveillé ceux d’entre nous dont les cœurs étaient éteints. Ô Créateur, accorde à mon Baba l’infinité de l’Ishq et accorde l’éternité à son Ishq. Je ne me souviens pas du temps qui s’est écoulé dans cet état, jusqu’au moment où Qalandar Pak (RA) m’a ordonné d’ouvrir les yeux. C’était comme si l’énergie et la vie avaient été évacuées de tout mon corps, comme si quelqu’un avait été chauffé et brûlé dans un four en feu. Après lui en avoir demandé la permission, je suis resté debout à l’extérieur de l’hôpital et je ne me souviens pas du nombre de cigarettes que j’ai fumées. Vers minuit, lorsque j’ai demandé la permission de partir pour la maison, il (RA) a dit : « Syed Baba ! entre dans le foyer une fois ». J’ai pris sa main (RA) dans mes deux mains et je me suis présenté à nouveau à la Cour d’Allah Pak. Je n’ai tout simplement pas pu réaliser cette fois, je me souviens seulement d’une légère impression que dans le même rythme, j’étais moi-même avec Qalandar Pak(RA) présent dans la cour du généreux SWT. Lorsque Qalandar Pak(RA) m’a demandé d’ouvrir les yeux, il était 1h30 du matin. Il (RA) m’a donné la permission de partir et m’a dit : « Revenez tôt le matin après avoir pris votre petit déjeuner ». Le lendemain matin, je suis retourné à l’hôpital et jusqu’à l’après-midi, sur le désir de Qalandar Pak (RA), nous sommes entrés trois fois dans ce foyer similaire. C’était une telle sensation de chaleur intense, comme si les flammes sortaient de chaque cheveu et de chaque pore de mon corps. Tout mon corps se sentait si léger, comme s’il n’avait pas de poids. Un sentiment énorme et extatique de satisfaction (Mauj-e-Bekraan), c’était comme si je me déplaçais au-dessus du sol. Il (RA) m’a donné la permission de partir pour Islamabad dans l’après-midi et m’a dit : « Nous allons maintenant nous rencontrer à Islamabad ». Arrivé à Lahore en provenance de Karachi après mon départ, le Dr Asad Gillani s’est présenté en l’honneur de Qalandar Pak(RA). Après l’activité, il s’est rendu chez le Dr Javed mais, sur l’insistance du Dr Hassam, il est retourné à l’hôpital pour y subir des examens médicaux. De là, il m’a téléphoné et m’a dit : « Syed Baba ! J’ai décidé de me présenter à l’ordre du Juge ultime. Ton Baba a décidé de partir. Vous êtes maintenant l’héritier de Baba et tous ceux qui ont déjà écouté la sourate Al-Rehman doivent diffuser le message de la sourate Al-Rehman. Après cet appel téléphonique, il (RA) retourna à sa maison située à Bhaati Gate et dit à sa Bégum Sahiba : « Le visa de Baba a été tamponné et Baba s’en va ». Tôt le lendemain matin, il (RA) se rendit à Lilla Sharif en compagnie du Dr Asad Gillani, du Dr Javed, du Dr Hassam et de quelques autres disciples. Ici (à Islamabad), le Dr Shehzad est arrivé chez moi et je lui ai raconté l’ensemble des événements. Après avoir obtenu la permission de votre Maa Ji, nous avons rejoint la maison du secteur G-11 où M. Saleem Akhtar, M. Qaiser Mobin et tous les autres s’étaient rassemblés. C’était les jours d’hiver ; nous avons décidé de quitter la maison à 5 heures du matin afin d’atteindre Lilla Sharif à 7 heures ; et c’est exactement ce qui s’est passé. Qalandar Pak (RA) arborait son sourire habituel lorsque nous l’avons rencontré (RA), bien que des signes d’inquiétude se lisaient sur son visage. Entre-temps, j’ai demandé à ce qu’un Palang (lit traditionnel) soit installé à l’extérieur, car le soleil avait commencé à briller, et sur lequel Qalandar Pak (RA) s’est allongé. Après s’être reposé un moment, il m’a appelé et m’a dit : « Syed Baba, va rencontrer l’aîné Bukhari Sahib (le père), prépare l’environnement, je te rejoindrai plus tard ». Lorsque j’étais assis avec son père respecté, il s’est joint à moi avec Chaudhary Sehsar. Il (RA) a dit (dans sa langue maternelle punjabi) lorsque l’aîné Bukhari Sahib s’est enquis de sa santé : « Tout ce que le Tout-Puissant voulait de moi a été fait et il est maintenant temps de revenir ». Il (RA) voulait dire que tout le travail que le Propriétaire ultime voulait me confier, il l’a fait et qu’il est maintenant temps de le lui rendre. Il a ajouté : « Baba peut tout accepter, mais pas l’hypocrisie ». La réunion avec son père dura un certain temps, Mansha Sahib et Farhat Shah Sahib étaient également présents. En sortant, il dit à son ami d’enfance Chaudhary Sehsar : « Chaudhary ! Il se trouve que c’est la dernière visite de Baba à Lilla de son vivant et qu’après cela, seul le corps mort de Baba reviendra ici ». Chaudhary Sahib, sous le coup de l’émotion, ne put empêcher ses larmes de couler et pleura. Qalandar Pak (RA) lui dit : « Vous n’avez pas besoin de pleurer, le ciel entier pleurera à votre place ».

Après le coucher du soleil, il est parti pour Islamabad afin de passer les derniers jours de sa vie avec moi (je ferai le récit de ces jours dans une partie ultérieure).

Nous avons apporté le corps sacré de Qalandar Pak (RA) à Dhudhi Thal le soir même où son âme bénie est partie pour un voyage éternel et céleste. Son père (RA) m’a appelé tôt le lendemain matin pour finaliser les procédures d’enterrement. Ses fils Syed Mansha Abbas Bukhari et Syed Farhat Abbas Bukhari étaient également présents.

Par pur amour et respect pour sa mère (RA), son père (RA) a d’abord décidé d’enterrer Qalandar Pak (RA) à côté de la tombe de sa mère (RA). J’ai alors informé le vieux Bukhari Sahib du testament de Qalandar Pak(RA). Entre-temps, Chaudhary Sahsar est également arrivé et a attesté de ma déclaration en disant : « Qalandar Pak(RA) m’a également parlé de la même manière ». En écoutant tout cela, son père (RA) acquiesça et demanda : « Après lui (RA), qui montera et dirigera son ordre (RA) ». Chaudhary Sahsar répondit : « Qalandar Pak (RA) m’a dit que Syed Baba serait mon héritier et m’a strictement averti que personne n’était autorisé à venir s’interposer entre lui (RA) et Syed Baba ; quiconque le ferait serait perdant ». Après avoir écouté cela, son père (RA) se leva et me dit : « Il m’incombe maintenant de me lever en ton honneur ». Après avoir immédiatement touché ses genoux, je lui ai respectueusement tenu les épaules et l’ai prié de s’asseoir. J’ai fait le vœu qu’il reste un aîné pour nous et j’ai expliqué que ce désir de Qalandar Pak (RA) n’impliquait en aucun cas que les gens se lèvent pour moi. J’ai ajouté : « Vous êtes le père de mon Murshad (RA) et vous êtes donc très respectable à mes yeux ». L’ancien Bukhari Sahib a souri en réponse et m’a dit : « Vous avez toute la liberté de procéder à l’enterrement selon son ordre (RA) ».

Le matin, à 6h30, la pluie qui avait commencé à tomber peu après son arrivée à Islamabad continuait à tomber sans discontinuer. L’affirmation qu’il avait faite à Chaudhary Sahsar (RA) continuait de résonner dans l’air : « Vous n’avez pas besoin de pleurer, le ciel tout entier pleurera à votre place ». Néanmoins, moi-même, Mansha Abbas Bukhari et Raja Majid – un fervent admirateur de Qalandar Pak (RA) – avons atteint le lieu de l’enterrement. En demandant à ces deux personnes respectées de continuer à me suivre, j’ai avancé jusqu’à ce que j’atteigne un point où je ne pouvais plus bouger mes pieds et je me suis arrêté. Une voix m’a alors traversé le cœur : « C’était l’endroit ». J’ai marqué cet endroit d’une pierre et j’ai dit à Mansha Sahib que c’était l’endroit où sa tombe (RA) devait être faite.

Qalandar Pak (RA) fut enterré à cet endroit précis le 29 Zilhaj, 9 février, après les prières d’Asr (troisième des cinq prières quotidiennes, offertes dans l’après-midi).

« Khuda rehmat kunad een Ashiqaan e Pak teenat ra » (en persan)
(en persan)
« O’Dieu, ayez pitié de ces amoureux de la pureté d’intention.
Mirza Mazhar Jan-e-Janaan(RA)

La construction de son sanctuaire (RA)

 

Il serait surprenant pour tout le monde de savoir qu’il n’y avait apparemment pas de carte ou de plan pour la construction du sanctuaire. Il se trouve que cette humble personne souhaitait fermement sa construction et que l’intensité même de l’amour et du dévouement des disciples envers Qalandar Pak (RA) a tout rendu possible. L’idée qui a vu le jour grâce aux aimables bénédictions de Qalandar Pak(RA) a pris une forme concrète et aujourd’hui, ce magnifique et vénérable sanctuaire se dresse devant nous, incarnant la splendeur et la nature exaltée de ce lieu. En raison de la nature sablonneuse du sol, il était impossible d’y faire pousser de l’herbe ou d’autres plantes. Comme on peut le voir aujourd’hui, l’existence d’une verdure luxuriante et d’autres plantes témoignent de la force mystique de Qalandar Pak(RA). Je considère qu’il est extrêmement nécessaire de reconnaître ici les contributions financières généreuses et sans réserve de tous ses disciples dévoués de Rawalpindi, Islamabad, Multan et Lahore. Les services intimes et le soutien financier de M. Mansha Abbas Bukhari sont restés constants tout au long de l’année. Les efforts concertés de M. Saleem Akhtar – un admirateur extrêmement passionné de Qalandar Pak(RA) – ont joué un rôle essentiel dans l’exécution des travaux.

Parmi ses fervents admirateurs, M. Raza (décédé) a été le premier à apporter sa contribution financière et à rester associé au projet. Parmi les autres personnalités, citons Sameer, Khushal, Waqar, Qaiser Mobeen, Jabbar, Mian Saeed et Syed Shahid ; leur travail acharné et leurs efforts de tous les instants ont laissé la marque éternelle de leur amour et de leurs hommages. Ils ont tous veillé à ce que les travaux de construction du sanctuaire soient achevés avant le premier Urs Mubarak, comme cela s’est produit.

Urs Mubarak {le pèlerinage annuel}

Certaines personnes affirment ouvertement que les dates de Urs Mubarak sont une injonction de Qalandar Pak (RA) de l’organiser les 26, 27 et 28 de Zilhaj. Cette affirmation est totalement erronée et n’a rien de vrai puisque la date de Wissal de son (RA) est le 29 de Zilhaj. En tant que Waris, j’ai décidé qu’après l’achèvement des travaux de construction du saint sanctuaire, le premier Urs Mubarak serait célébré les 27, 28 et 29 Zilhaj. Les premières années, Urs Mubarak tombait toujours pendant la saison hivernale. Plus tard, l’heure d’été a commencé à s’installer pendant Urs Mubarak en raison du nombre inférieur de jours (10 jours) dans un calendrier lunaire. Réalisant que la température avait suffisamment augmenté en raison de l’avancée de la saison estivale et qu’il devenait difficile de s’occuper d’un grand nombre d’invités, en particulier lors des fréquentes périodes de délestage électrique, Mansha Sahib a proposé de déplacer Urs Mubarak au mois de février. Cet arrangement permettrait d’assurer la continuité d’un temps frais et les pèlerins en visite n’auraient pas à faire face à des complications de ce type. La proposition faite par Mansha Sahib était tout à fait appropriée et il a donc été décidé que dorénavant Urs Mubarak de Qalandar Pak (RA) se tiendrait les 6, 7 et 8 février de chaque année. Compte tenu de son Youm-e-Wissal (RA), le premier Ghussal Mubarak sera organisé chaque année entre le 26 et le 29 Zilhaj et les informations à cet effet seront communiquées en conséquence. Le deuxième Ghussal Mubarak sera célébré le 5 février après les prières d’Asr. Il faut savoir que les congrégations pour Ghussal et Urs Mubarak se déroulent continuellement selon ce calendrier depuis lors. Ces photographies, qui rappellent la dignité et la grandeur, vous permettront de mesurer le caractère sacré des événements.

Click here pour voir les images de l’exposition Urs Mubarak.

Qui est le Waris ?

Qui est le Waris ?

Un sentiment de malaise s’est installé après le Wissal de Qalandar Pak(RA). Plus important encore, les adeptes se sont divisés en différents groupes. La plus grande réalité était que chaque individu n’était qu’un bénéficiaire des bénédictions de Qalandar Pak(RA) et ne discernait pas la délicatesse et l’élégance du spiritualisme. Profitant de cette faiblesse, la force satanique tapie a essayé d’exacerber les egos et de provoquer l’auto-rébellion parmi tous les individus, à tel point que quelques-uns se sont transformés pour atteindre le statut et la dignité de la sainteté sous l’abri de la sourate Ar-Rehman. Ce fut un moment crucial pour moi en tant que son Waris (RA). Grâce aux seules bénédictions de Qalandar Pak(RA), j’ai pu rassembler toutes ces personnes, qui étaient dispersées dans tout le pays et à l’étranger, sur une seule plateforme et j’ai pu concentrer leurs énergies ainsi que leur orientation vers la compagnie bénie de Qalandar Pak(RA). Certains continuent à diffuser le message à titre individuel, tout en restant en contact avec moi. D’ailleurs, Qalandar Pak (RA) a déclaré : « Toute personne peut diffuser le message, tout le monde est autorisé, quiconque l’a écouté n’a pas besoin de demander la permission à qui que ce soit ».

Certaines personnes peuvent avoir des réserves quant à mon statut vis-à-vis de son (RA) Waris. Mais je leur demande si, lorsqu’ils visitent le magnifique sanctuaire de Qalandar Pak (RA) en pèlerinage et lui offrent leur respect, ce seul point ne leur suffit pas pour savoir que tout cela a été construit par son (RA) Waris ? Certains citent même Qalandar Pak(RA) comme ayant dit que puisque Syed Baba détient le pouvoir de la plume, c’est donc pour cette raison qu’il était le Waris. Je leur demande s’ils comprennent le message implicite et latent véhiculé par cette affirmation de Qalandar Pak(RA) ? Ne savent-ils pas ce qu’Allah SWT dit dans le Saint Coran : – « Nun.

« Nun. Par la plume et ce qu’elle inscrit »
Al-Quran, 68:1

Je sais que de nombreuses personnes plus récentes peuvent difficilement se rendre compte de la véritable force de la relation et de l’amour qui nous unit, Qalandar Pak(RA) et moi. Il suffira peut-être à ces personnes de se rappeler que le Seigneur Qalandar (RA) est parti pour un voyage éternel depuis la maison de son (RA) Waris. Je donnerai un compte rendu complet des conversations tenues à cette époque dans une partie distincte sur Qalandar Pak(RA). Où qu’il (RA) aille, il (RA) faisait toujours mention de moi et je lui ai toujours demandé de ne pas le faire. À mon avis, il suffisait que je l’aime et l’adore. Qalandar Pak (RA) a dit à ma femme, Mme Asifa Shakir (que tous considèrent et appellent Maa Ji), lors d’une visite chez moi au début de ma rencontre avec lui (RA) : « Baba a reçu l’ordre de se rendre à Islamabad, où vit un Syed qui se trouve être votre Waris…. Baba a repéré le Syed ». Il convient de souligner ici que le « Waris » ne peut être considéré comme un « Gaddi Nasheen » (quelqu’un qui fait partie de la lignée et qui s’occupe du sanctuaire – généralement héréditaire, mais pas obligatoire), il est plutôt un adorateur digne de confiance et un porteur d’amour de la personnalité glorifiée et digne (le Murshad). C’est cette personne glorifiée d’une excellence extrême qui l’éclaire (le Waris) par son regard béni, lui fait accomplir toute tâche qui lui est confiée et l’éclaire par la compréhension de la réalité et de la vérité. N’oubliez pas ! Le Gaddi Nasheen du sanctuaire de Qalandar Pak (RA) est son fils cadet, M. Farhat Abbas Bukhari, qui nous est très cher et très affectueux.

En 1998, Qalandar Pak (RA) a déclaré lors d’une réunion de nombreuses personnes dans la maison de M. Salman Imam (un disciple de Qalandar Pak RA) située à Chaklala (Rawalpindi) : « J’ai terminé mes recherches sur la sourate Al-Rehman et je les ai transférées dans le cœur de Syed Baba ». D’une seule traite, une dame présente (épouse d’un officier supérieur) m’a posé un certain nombre de questions : « Comment le transfert a-t-il eu lieu – a-t-il été fait par écrit – ou vous a-t-il été transmis verbalement ? À cette question, je n’ai pu répondre que par un sourire, car il s’agissait d’une révélation totalement nouvelle pour moi. D’autant plus que, jusqu’alors, j’étais moi-même imperméable à ce fait. Plus tard, en 2000, j’ai toutefois réussi à comprendre l’aspect implicite de ce fait lorsque j’ai réalisé de nombreux programmes sur la sourate Al-Rehman à la télévision pakistanaise (PTV – le réseau national de télévision) en tant que producteur. C’est ainsi que l’illumination reçue sous la forme d’un FOCUS absolu grâce à la bénédiction directe de Qalandar Pak (RA) s’est répandue dans l’ensemble de l’univers. Qalandar Pak(RA) était tellement concentré sur la sourate Al-Rehman qu’il aurait toujours voulu savoir à qui ce message avait été transmis. Qui l’a écouté ? À quel type de patients a-t-il été offert ? Combien de personnes ont visité le site web ? En ce qui concerne le site web, il (RA) m’a ordonné d’en créer un. J’ai proposé le titre « Mast Mast Healers Present – The Ultimate Remedy », qui a été très apprécié par lui (RA). Plus tard, après en avoir rédigé le contenu, je l’ai enregistré sous www.alrehman.com. Ce site web reste à ce jour une référence commune et fréquente sur le sujet, où toute personne désireuse peut télécharger la version audio de la récitation de la sourate Al-Rehman et sa méthode d’écoute. Les conseils et l’intérêt constants de Qalandar Pak (RA) m’ont revigoré à chaque étape et tout ce qui a été rendu possible est uniquement dû à son illumination spirituelle (RA). Il (RA) a été en mesure de remplir la mission qui lui avait été confiée au cours de sa vie. Ses disciples ne sont censés que diffuser le message de la sourate Al-Rehman. Un jour, au cours de conversations, quelques Kazmi Syeds (Syeds d’origine Kazmi) qui étaient venus rencontrer Baba(RA) dans la résidence de Raja Majid, lui demandèrent qui détenait son digne « étendard spirituel ». Baba(RA) m’a appelé et m’a dit : « Syed Baba, ils cherchent maintenant à entrer dans votre juridiction ». J’ai dit à ces Syeds que par « Allah, il n’y a pas de telle capacité et valeur en moi sur la base de laquelle je suis ainsi considéré, mais que c’est seulement la “Volonté d’Allah Pak”. Dans le même contexte, nous avons visité le bureau d’un journal à Islamabad où le propriétaire de ce journal, M. Mehtab Ahmed Khan, par pur amour, n’arrêtait pas de poser des questions sur différents sujets et Qalandar Pak (RA) répondait continuellement dans son état mystique de ravissement et d’extase. Alors qu’un journaliste, M. Tabbasum Shah, qui était présent et notait la conversation, M. Mehtab demanda soudain : « Baba, qui sera ton Waris ? » Qalandar Pak (RA) a répondu avec sa gracieuse réserve : « Celui-ci, qui est Syed Baba, est mon Waris ». J’étais ébranlé à la simple pensée que cela apparaîtrait dans les journaux du lendemain et que certaines personnes pourraient ne pas l’apprécier. J’ai donc décidé de dire au journaliste de ne pas publier cette partie relative aux waris dès que Baba (RA) quitterait le bureau. Au moment où nous quittions le bureau, Qalandar Pak(RA), en passant devant ce journaliste, m’a regardé en souriant et l’a averti de ne pas publier cette partie relative à Waris, tout va bien par ailleurs. Il s’est ensuite tourné vers moi et m’a dit : « J’espère que Syed Baba est heureux maintenant ». Je vous prie de vous rendre compte de la grande perspicacité qu’il (RA) possédait. Le Saint Prophète Muhammad, le Lucent (S.A.W.W.) a dit : « Craignez la clairvoyance des vrais croyants, ils voient à travers la lumière qui leur est accordée par Allah SWT (l’illumination d’Allah SWT) ». Le seul but de mes écrits n’est certainement pas de transformer un adepte dévoué en mon enthousiaste ou en un disciple, mais plutôt de mettre en évidence la réalité que, peu importe qui et comment Allah SWT choisit quelqu’un, Il SWT le bénit et obtient de lui le travail qu’il mérite. Qalandar Pak (RA) a souvent mentionné la volonté et les bénédictions d’Allah SWT. C’est lui (RA) qui a dit, « ce qui est visible n’est en fait pas là (intérieurement) et ce qui est en fait là n’est pas visible (extérieurement) ».

Et maintenant, celui qui a été tellement éclairé par la volonté et la vision de Qalandar Pak(RA), cherche à commencer à écrire Un récit de Qalandar Pak(RA), comme une bienveillance de Qalandar Pak(RA). Qu’Allah Pak m’aide et m’accorde la force de terminer ce travail.

CLIQUEZ ICI pour télécharger le livre. IN URDU ,IN ENGLISH

TÉLÉCHARGER – SURA AL REHMAN AUDIO

Comment écouter – EN 90 LANGUES

Télécharger l’audio-QASEEDA BURDA SHAREEF

400 IMAGES DE QALANDAR PAK RA & Syed Baba Jaan

QURB E HAQ EN URDU

QURB E HAQ EN ANGLAIS

اردو زبان کے لیے یہاں کلک کریں

Page d’accueil en anglais

Application iOS –
Le remède ultime

Facebook page-

The ultimate remedy

Youtube channel-

The ultimate remedy

Instagram –

The ultimate remedy

Tiktok –

The ultimate remedy

X twitter-

The ultimate remedy

Comment écouter
CARTES(A-E)

Comment écouter
CARTES (F-K)

Comment écouter
CARTES (L-R)

Comment écouter
CARTES (S-Z)

Les vainqueurs de la maladie : de vraies histoires, de vrais espoirs

Introduction au Remède Ultime

Le Remède Ultime est une approche distinctive créée par Syed Safdar Hussain Bukhari, également connu sous le nom de Kakian Wali Sarkar, pour aborder les défis physiques, émotionnels, spirituels et métaphysiques. Cet enregistrement audio utilise le pouvoir du son et de l’intention pour la guérison, prouvant son efficacité contre une large gamme de conditions, y compris le coronavirus, le SIDA, le cancer, la dépendance aux drogues, la détresse émotionnelle et toute maladie dans l’univers.

Comment Utiliser le Remède Ultime

  1. Téléchargez l’audio depuis notre site web ou via l’application iOS.
  2. Choisissez un endroit calme, visualisez une puissance supérieure ou l’essence de l’univers, et écoutez avec une concentration totale et les yeux fermés.
  3. Après avoir écouté, prenez un demi-verre d’eau, fermez les yeux et dites silencieusement “Allah”, “Dieu” ou tout autre nom représentant votre croyance trois fois dans votre cœur. Ensuite, buvez l’eau en trois gorgées.
  4. Pour des résultats optimaux, écoutez trois fois par jour—le matin, l’après-midi et avant de dormir—pendant sept jours, une fois dans une vie. Par la suite, il est recommandé de partager ce message pour aider les autres.

Syed Safdar Hussain Bukhari: Vie et Œuvre

Né le 6 mai 1940, Baba Bukhari (RA) a consacré sa vie à servir l’humanité et à traiter diverses maladies par ses méthodes de guérison uniques. De 1960 à 1980, il a contribué au travail social, y compris la réparation des routes, la création d’écoles et l’organisation de fournitures médicales. En 1990, il a déménagé à Lahore pour continuer son travail spirituel et de guérison.

La Découverte du Remède Ultime

En 1998, Baba Bukhari (RA) a dévoilé le Remède Ultime, incorporant un rituel d’écoute et d’eau conçu pour guérir diverses maladies. Cette méthode nécessite d’écouter l’audio trois fois par jour, suivi d’un rituel de l’eau pendant sept jours consécutifs, à

faire une fois dans une vie.

Héritage et Succession

Baba Bukhari (RA) est décédé le 8 février 2005, laissant derrière lui un héritage de guérison et de positivité. Son successeur spirituel, Syed Baba Jaan (M. Shakir Uzair), continue de promouvoir le Remède Ultime et ses pouvoirs transformateurs.

Contactez-Nous

Pour des détails supplémentaires sur le Remède Ultime et ses bienfaits profonds pour la guérison, n’hésitez pas à nous contacter. Notre équipe dévouée est disponible pour répondre à toutes vos questions et vous offrir un soutien tout au long de votre parcours de guérison. Contactez-nous à help@mastmasthealers.com.

Pin It on Pinterest

Presets Color

Primary
Secondary